CONGO KINSHASA ONLINE

actualité politique congolaise en RDC
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LES 32 MERCENAIRES...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M'BUYI LADY
Admin
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 34
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: LES 32 MERCENAIRES...   Dim 16 Déc - 11:08

POLITIQUE-RDC :
Les 32 mercenaires présumés sont expulsés, mais des doutes demeurent
Juakali Kambale

KINSHASA, 28 mai (IPS) - Les 32 étrangers arrêtés en République démocratique du Congo (RDC), accusés d'être des mercenaires, ont été expulsés dimanche vers leurs pays respectifs, selon une source diplomatique à Kinshasa, la capitale congolaise.

Azarias Ruberwa, le vice-président du gouvernement de transition en RDC, chargé des questions de sécurité, avait suggéré leur expulsion ce week-end.

Mais, l'annonce faite par le ministère congolais de l'Intérieur, de l'arrestation de 32 présumés mercenaires ayant pour objectif de déstabiliser les institutions la RDC, ne semblait pas avoir particulièrement bouleversé les Congolais.

Le 23 mai, Théophile Mbemba Fundu, le ministre congolais de l'Intérieur, montrait sur toutes les chaînes de télévision les 32 personnes présumées impliquées dans un complot visant, selon lui, à renverser les institutions en place et perturber le processus électoral en cours dans ce pays d'Afrique centrale.

Selon Mbemba, ce sont 10 Nigérians, 19 Sud-Africains et trois Américains. ''Ces mercenaires avaient été repérés dans trois sites stratégiques de Kinshasa et changeaient plusieurs fois d'appartements'', avait expliqué le ministre, prenant soin d'insister que ce sont des militaires et qu'ils rentraient fraîchement d'Irak.

En fait, les 32 étrangers ont déclaré qu'ils travaillaient pour une société de gardiennage appelée "Omega" établie à Kinshasa, qui s'occupe de la sécurisation de certaines entreprises. Selon les services de renseignement de la RDC, cette activité de gardiennage serait une couverture pour une autre plus suspecte et dangereuse pour la sécurité du pays.

Certains de ces présumés mercenaires auraient déclaré avoir été officiellement recrutés pour sécuriser le port de Matadi sur le fleuve Congo, à 350 kilomètres en aval et à l'ouest de Kinshasa.

En dehors des déclarations de source officielle tendant à faire porter aux présumés mercenaires le chapeau d'une tentative de déstabilisation des institutions de la transition, très peu d'informations transpirent de cette opération.

Selon des analystes à Kinshasa, cette affaire ressemble fortement à celle du Zimbabwe où un groupe de ressortissants sud-africains se rendant en Guinée Equatoriale, avait été appréhendé à l'escale de Harare, en 2003, et mis en prison sous l'accusation d'une tentative de déstabilisation du gouvernement de Malabo.

Un haut cadre de l'Office national des transports (ONATRA), l'une des entreprises congolaises qui auraient recouru aux services d'Omega, a confié sous anonymat à IPS qu'Omega-RDC est une filiale de "Omega International Associates" une compagnie sud-africaine appartenant à l'homme d'affaires britannique Mark Thatcher, le même qui avait été cité dans cette affaire des mercenaires interpellés au Zimbabwe.

''Le gouvernement congolais doit savoir ce qu'il veut. L'ONATRA est une entreprise publique qui recrute des agents d'Omega tout en sachant que ce sont d'anciens militaires. Le gouvernement est dès lors mal placé pour crier aux mercenaires'', a-t-il déclaré.

Pendant que les présumés mercenaires sont entendus par les services de renseignements, les Congolais se posent mille questions sur l'éventualité d'une tentative de coup d'Etat en RDC en cette veille des élections. "Ce serait vraiment dommage qu'un Congolais recoure à des mercenaires pour casser un processus de paix si chèrement acquis", regrette Monique Shabani, une déplacée de guerre.

Mais, tout en se posant beaucoup de questions sur la réalité des faits établis contre les présumés mercenaires, les Congolais n'excluent pas totalement l'existence effective d'un complot qui pourrait brouiller le processus électoral. "Le fait que 33 candidats se bousculent pour un seul fauteuil présidentiel, tout peut donc arriver, y compris un coup de force militaire", estime, Jean Alili, lui aussi déplacé de guerre vivant à Kinshasa.

Au ministère de l'Intérieur, tout le monde ne s'en tient qu'à la version officielle, tout en laissant transparaître qu'il y en aurait bien une autre que le gouvernement ne dévoile pas. Effectivement au cabinet du ministre, c'est le black out total qui ne peut que favoriser la rumeur dans les rues de Kinshasa.

"Posez la question au cabinet du ministre qui gère seul ce délicat dossier", réagissent des agents du ministère sous anonymat, pour répondre aux questions des journalistes. Mais le cabinet du ministre se refuse à tout autre commentaire.

Conséquence : faute d'informations fiables, les Kinois (habitants de Kinshasa) ont tendance à associer l'actuelle affaire de mercenaires à d'autres versions officielles antérieures de tentatives de déstabilisation des institutions, mais jamais élucidées jusqu'ici.

Innocent Kabwe, avocat au barreau de Kinshasa et proche de l'opposition, affirme qu'il pressent une manipulation politique. ''Je peux citer le cas Eric Lenge, l'officier qui avait été accusé d'une tentative de coup d'Etat à Kinshasa, le 11 juin 2004, et qui a disparu dans la nature''.

''Ou (encore) l'affaire des officiers ex-FAZ (Forces armées zaïroises) qui, avec le soutien supposé du gouvernement du Congo-Brazzaville, avaient tiré des coups de feu dans différents quartiers de Kinshasa en mars 2004 avant de disparaître, eux-aussi, sans traces'', ajoute Kabwe.

Toutefois, un candidat à l'élection présidentielle a été interpellé par les services de renseignements en rapport avec l'affaire des présumés mercenaires : Dr Oscar Kashala, un cardiologue exerçant aux Etats-Unis, et qui se fait protéger par la société Omega.

Cette protection intrigue les services de renseignements congolais, mais le médecin-candidat se défend : "Je bénéficie des services d'Omega comme d'autres personnes recourent à d'autres services de gardiennage'', a-t-il déclaré à une conférence de presse à Kinshasa.

''Quant à l'affaire des mercenaires, je suis sûr que c'est juste une mascarade pour faire dérailler le processus électoral et déstabiliser les candidats les plus viables", a ajouté Kashala qui se dit convaincu que le gouvernement a peur de sa candidature et de ce qu'il représente.

Avant la mesure d'expulsion, les ambassades des pays dont les présumés mercenaires sont ressortissants, cachaient difficilement leur gêne. Pour l'ambassadeur du Nigeria, Onourah Obodize, ses compatriotes incriminés ne peuvent en aucun cas être accusés de mercenariat du fait qu'ils ont des contrats de travail en règle.

"Comment comprendre que le Nigeria, qui forme des agents de renseignement pour le compte de la RDC, puisse en même temps permettre à ses ressortissants de venir la déstabiliser?", a-t-il réagi devant des journalistes.

De son côté, l'ambassade d'Afrique du Sud, a indiqué qu'elle s'employait d'abord à identifier les ressortissants sud-africains impliqués dans l'affaire, pour confirmer s'ils sont réellement de nationalité sud-africaine, avant de se prononcer officiellement.

''Nous ne manquerons pas d'apporter toute l'assistance nécessaire à la RDC en cas de confirmation d'une éventuelle culpabilité de ressortissants sud-africains dans cette affaire'', a expliqué Sissa Ngombane, l'ambassadeur d'Afrique du Sud à Kinshasa, ajoutant: ''Le processus électoral doit aller jusqu'à son terme en RDC''.

Les prochaines élections libres, les premières depuis 40 ans au Congo, prévues le 30 juillet, devraient mettre un terme à une transition politique de trois années, consécutive à une longue guerre civile en RDC (1998-2002). Elle avait fait quelque quatre millions de morts du fait des combats, des maladies et de la famine. Un accord global inclusif avait été signé par les belligérants en 2002, en Afrique du Sud. (FIN/2006)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LES 32 MERCENAIRES...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation
» [Opérations diverses] Opération AZALEE
» le KATANGA DES ANNEES 60
» les affreux
» les mercenaires du bar (disparu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONGO KINSHASA ONLINE :: Politique-
Sauter vers: